Mastic2

La pièce doit être parfaitement propre avant l’application du mastic.

Tous les mastics se composent d’un pot et d’un tube de durcisseur.

Il faut les mélanger avant application ; la qualité du mélange est primordiale.

Le mélange doit être homogène, sinon le mastic qui n’aurait pas été mélangé avec le durcisseur resterait mou, et ne sécherait pas.

Le mastic doit être appliqué avec une spatule (lame métallique souple existant en différentes tailles, suivant la quantité de mastic à appliquer).

L’idéal est d’en mettre le moins possible ; pour les impacts profonds, il faudra faire revenir la tôle avant. L’épaisseur de mastic ne doit généralement pas excéder 2mm sur de grandes surfaces. Avant d’obtenir un résultat satisfaisant, plusieurs applications sont nécessaires, et il faut poncer entre chaque application.

La vérification est visuelle, mais surtout tactile, en parcourant la pièce avec la paume de la main. Une technique simple permet de vérifier la planéité : avec une bombe de peinture ( *Blanche pour l’exemple)

Peignez la zone que vous venez de traiter. Après séchage, poncez au papier fin, indice 320/400. Si une zone * Blanche subsiste après quelques passages (où vous aurez enlevé la peinture et où le mastic de couleur jaune sera apparent), il y a un manque à combler. N’oubliez pas de poncer ce creux matérialisé en Blanc avant de remastiquer.

papier pour poncer

Avant de mettre une voiture en peinture, il y a de nombreuses règles à respecter dont celle primordiale du ponçage ; pour ce faire, de nombreux types de papiers abrasifs sont disponibles, ils sont référencés de 60 à 800. Ces valeurs déterminent le pouvoir d’abrasion ; ces papiers abrasifs sont des feuilles sur lesquelles des grains abrasifs de différents calibres sont collés.

Un papier d’indice 60 sera très abrasif. Plus on va vers des chiffres élevés, plus on augmente la finition.

Le ponçage se fait à l’aide d’une cale.

Tenir la cale aux deux extrémités pour que le papier ne glisse pas.

Pour redonner la forme originale, il faut décrire des trajectoires différentes autour de la zone mastiquée, en suivant la courbure d’origine (on ne ponce pas que la zone mastiquée, il faut aller plus loin pour retrouver la forme exacte), il est nécessaire de rester le plus à plat possible. Le ponçage commence avec des grains de type 100 pour finir à 250, pour ce qui concerne le stade de la préparation.